Hydrothérapie du côlon

Quand la technologie d’aujourd’hui
 se met au service d’une thérapie ancestrale 


De l’antiquité à nos jours, dans toutes les grandes civilisations anciennes et sous toutes les latitudes, de nombreux écrits traitent de l’irrigation colonique et de ses bienfaits. Le plus ancien étant certainement le papyrus Eberth datant du XVème siècle av. J-C (Ancienne Egypte). On peut également citer les noms de Galien, Hippocrate, Ambroise Paré comme fervents défenseurs de l’hydrothérapie du côlon. Mais plus proche de nous, ce sont, parmi tant d’autres, les docteurs Kellogg, Metchnikoff, Kousmine ou Schaller qui, ne reconnaissant pas l’avènement de la médecine chimique comme seule thérapie, ont rendu à l’hygiène intestinale ses lettres de noblesse. Les appareils modernes d’hydrothérapie du côlon nous proviennent des Etats-Unis où le soin a connu un grand essor dans les années 40-50. L’HYDROCOLON® est l’aboutissement de l’évolution technologique donnant une nouvelle dimension, tant en qualité de soin qu’en sécurité, à cette thérapie ancestrale. 

L’irrigation colonique est bien plus que le classique « lavement » pratiqué en milieu hospitalier ou encore régulièrement utilisé à la maison par nos grands-parents lors de problème intestinaux.
En effet, si ce dernier peut permettre de désengorger partiellement l’ampoule rectale, le sigmoïde et une partie du côlon descendant, l’hydrothérapie du côlon autorise un nettoyage complet du côlon, du rectum à la valvule iléo-caecale en passant par le côlon transverse et le côlon ascendant.
Il ne s’agit pas de deux techniques de soins différentes applicables à une même pathologie mais bien de deux actes différents à appliquer pour des pathologies différentes.
En outre, tant le lavement que l’irrigation colonique sont à considérer également comme soins préventifs et une philosophie ou  hygiène de vie.

L’irrigation colonique, pourquoi ?                       

-     Nettoyer en profondeur le côlon dans lequel, trop souvent, stagnent des matières fécales accrochées depuis parfois plusieurs dizaines d’années. Matières qui, en s’accumulant dans les replis de la muqueuse, diminuent le dynamisme, le péristaltisme du côlon et amoindrissent les fonctions de celui-ci engendrant très souvent des troubles digestifs.

-     Stopper l’auto-intoxication provoquée par ces déchets fécaux non éliminés qui vont fermenter. En effet, la fermentation et la putréfaction de ces déchets vont générer des toxines à l’intérieur du côlon.
La paroi du côlon étant une membrane semi-perméable, ces toxines, une fois libérées, n’éprouvent aucune difficulté à se répandre via le sang et la lymphe au travers de l’organisme tout entier ne pouvant lui apporter que des désagréments pouvant aller jusqu'à une véritable auto-intoxination.

-     Supprimer, par conséquent, l’origine d’un grand nombre de troubles, voire de maladies, et permettre à chacun, qu’il soit en parfaite santé ou souffrant, de se prémunir ou d’éliminer une source de pathologie.

-    Améliorer le bien-être de chacun.

-    Offrir un côlon propre pour tout examen médical ou intervention chirurgicale

L’irrigation colonique, comment ?



Quatre jours avant l’irrigation colonique, 
tous les soirs, boire le mélange suivant :


•    Verser une cuillère à soupe de psyllium dans un grand verre d’eau.
Laisser tremper une heure et mélanger
Boire ce mélange une demi heure avant de souper suivi d’un verre d’eau claire.


 

Les deux jours précédant l’irrigation :


Manger peu et léger
Consommer de préférence des fruits, des légumes crus ou cuits, des potages ou des jus de légumes
Boire un litre à deux litres d’eau par jour


 

Le jour de l’irrigation :


Ne pas prendre le repas précédant l’irrigation. 
Boire de l’eau ou des tisanes non sucrées ou encore des jus de légumes.
Le repas qui suit, il est conseillé de consommer du riz cuit à l’eau, arrosé de deux cuillères d’huile de tournesol première pression à froid. En tous cas, éviter de consommer des produits acides (lait, yoghourts, fruits et légumes crus ...) ou excitants qui pourraient irriter le côlon qui va mettre près de vingt quatre heures à se rééquilibrer.
Prendre, durant quelques jours suivant le soin, des probiotiques ou des levures permettant de régénérer la flore intestinale qui, malheureusement, est partiellement éliminée ou détruite durant l’irrigation colonique.  


 

Le soin :


•    Afin de vérifier l’absence de lésion au niveau du rectum, du canal anal et de l’anus, le thérapeute pratique un toucher rectal.
•    Il insère ensuite une canule à double entrée (l’une pour l’apport d’eau et l’autre pour l’évacuation des déchets) par voie rectale.
Le soin proprement dit consiste alors en une série d’irrigation et d’évacuation  pouvant durer de 30 à 90 minutes selon les besoins.
Durant la période dite de « bain », entre une irrigation et une évacuation, les matières stagnant dans le côlon se ramollissent et se détachent progressivement de la paroi intestinale, en ceci aidées par un massage doux et régulier du praticien (ayant également pour but de détendre le patient).
A la fin de la séance, celui-ci va à selle afin d’éliminer les dernieres matières ainsi que le surplus d’eau contenu dans son côlon.
L’irrigation colonique est un soin indolore

 

Remarques :

-     Il est primordial, avant toute séance, que le praticien réalise un protocole de santé général concernant le patient.

-    Si le côlon, ou d’autres organes, ne sont pas atteints de troubles spécifiques, le nombre de séances conseillé varie, selon les praticiens, de quatre à huit par an réalisées le plus souvent lors des changements de saisons.
Cependant, lors d’un premier traitement, il peut être conseillé de pratiquer deux ou trois séances (voire d’avantage) en fonction de l’état du côlon. Séances qui seront espacées d’une semaine.

-    Si il s’agit du traitement d’une pathologie spécifique liée au côlon, le praticien, le médecin, jugera d’après ses compétences les besoins du patient et éventuellement décidera de ne pas pouvoir pratiquer d’irrigation colonique .

ATTENTION :
Il existe des contre-indications à la pratique de l’irrigation colonique.